Le noël d'Hercule Poirot d'Agatha Christie

Publié le par Vera Brieuc

Le noël d'Hercule Poirot d'Agatha Christie

"Est-ce une très bonne idée de réunir, à l'occasion des fêtes de fin d'année, des enfants qui ont tous de bonnes raisons de vous haïr ? Surtout quand il s'agit de leur annoncer que vous modifiez votre testament ?
Toujours est-il que, le 24 décembre, Simeon Lee, vieillard aussi riche que cynique, est sauvagement assassiné dans sa chambre. Et voici Hercule Poirot s'interrogeant sur Alfred et sa femme, tyrannisés depuis longtemps par leur père et beau-père ; sur Harry, qui ne lui pardonne pas les humiliations que sa mère a subies ; sur Pilar, la petite-fille espagnole, devant qui le vieil homme a peut-être imprudemment étalé ses diamants...
Beaucoup de monde. Et pour finir, un coupable présent dès le début, mais bien difficile à soupçonner...
Du très grand Agatha Christie."

Si on devait définir le vrai roman policier, je citerais celui-là. Ce n'est pas une grande histoire à l'américaine mais plutôt une histoire de famille.

L'ambiance dans la demeure de Simeon Lee est remplie de non-dits et de secrets inavouables. Pendant le temps de l'enquête, on a l'impression que l'horloge se met sur pause, et surtout que chaque personnage est susceptible d'avoir assassiner le "chef" de famille.

On y retrouve le charme à l'anglaise, et on s'imagine au milieu du salon assis sur un fauteuil en dégustant un thé et en interprétant les moindres détails qui peuvent nous conduire à l'assassin.

La victime me fait beaucoup penser à Tatie Danielle au masculin. Cela rajoute du piment et une pincée d'ironie à ce roman.

J'ai aussi beaucoup aimé le final, la révélation... Mais qui a pu bien tuer ce pauvre homme ?

Hercule Poirot, la force tranquille, arrive avec brio à démasquer le coupable.

Honnêtement, j'étais à côté de la plaque (cela tombe bien, Hercule Poirot n'a pas besoin de moi). Donc, même si la fin m'a surpris, je l'ai trouvé cohérente.

Publié dans Policier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article