Lontano de Jean-Christophe Grangé

Publié le par Vera Brieuc

Lontano de Jean-Christophe Grangé

"Le père est le premier flic de France.

Le fils aîné bosse à la Crime. Le cadet règne sur les marchés financiers.

La petite soeur tapine dans les palaces. Chez les Morvan, la haine fait office de ciment familial. Pourtant, quand l’Homme-Clou, le tueur mythique des années 70, ressurgit des limbes africaines, le clan doit se tenir les coudes.

Sur fond d’intrigues financières, de trafics miniers, de magie yombé et de barbouzeries sinistres, les Morvan vont affronter un assassin hors norme, qui défie les lois du temps et de l’espace. Ils vont surtout faire face à bien pire : leurs propres démons. Les Atrides réglaient leurs comptes dans un bain de sang. Les Morvan enfouissent leurs morts sous les ors de la République."

Petite appréhension au début : j 'avais peur de tomber sur un livre où le côté politique prenne le pas sur le coté enquête. Ayant lu Les rivières pourpres, je me suis dit que le risque était limité donc...j'ai tenté l'aventure et bien m'en a pris.

Ce livre est un trésor : on y trouve du suspens, de l'action, de la surprise, des rebondissements et j'en passe. Il fait parti de ces romans que l'on dévore jusqu'à la dernière page.

Je vous l'accorde le volume du roman peut faire peur. Pourtant, il échappe à la règle car Jean-Christophe Grangé arrive à tenir le lecteur en haleine en écrivant des chapitres courts dans lesquels le superflu n'a pas sa place.

En plus, les membres de la famille Morvan ont une vie trépidante. Je pense que l'on retrouve tous les vices possibles (sexe, drogue, magie noire, et je vous laisse découvrir les plus surprenants).

En résumé, il n'y a pas de baratins ou de descriptions à rallonge et, comme on peut le prévoir les liens se font naturellement sans exagération même si...

Bref, la fin est vraiment une surprise alors venez vous faire envoûter et osez ouvrir les premières pages de ce roman ;).

Publié dans Suspense, Policier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article