Inhumanitas de Marie- Béatrice Lédent

Publié le par Vera Brieuc

"Henry, un petit garçon de sept ans, est très gravement malade. Pour donner à son fils une chance de vivre, l'Agent Fédéral Eric Daniels va devoir changer l’inacceptable. Si la Loi se dresse déjà en travers de sa route, c’est sans compter sur un étrange secret qui refait surface en même temps qu’un nom : Blake Nelson.

Doit-on obéir aveuglément aux règles ? Faut-il laisser la Justice exécuter sa sentence tout en sachant qu’elle condamnera à mort un petit garçon ? Jusqu'où peut-on aller quand la vie de son enfant est en jeu ? 

Cette histoire invite à une profonde réflexion sur le droit à la vie et les libertés individuelles.

"La vie de votre enfant est en jeu. Que feriez-vous ?""

Ce roman est une très bonne surprise. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre vu que la trame mêle la lutte de la famille d'Henry et parallèlement la course poursuite d'un père. Mais, c'est fait de manière si naturelle que cela ne choque pas du tout. 

Au contraire, on ne s'ennuie à aucun moment pendant la lecture. Le rythme est bien dosé et le lecteur est mit en haleine jusqu'au dernier moment. C'est l'un des rares thrillers où la fin ne m'a pas déçu, au contraire. On sent qu'une page de la famille Daniels se tourne et le lecteur peut (même si la fin est claire) s'imaginer une suite à sa sauce.

Mais, le roman va au-delà. Il pousse le lecteur à réfléchir sur des sujets qui ne sont pas si simple que cela. Jusqu'où peut-on aller pour les personnes que l'on aime ?

J'ai tout de même un petit regret : j'aurais aimer que certaines scènes (avec la mère de Blake, l'opération de dernière chance ( eh oui, si vous voulez savoir, il faudra le lire ;)), ou celle de l'agression) soit plus approfondies. 

C'est juste un petit bémol car le livre m'a captivé jusqu'à la dernière page mais avec un suspense qui monte crescendo sans redescendre. C'est un bon roman pour découvrir les thrillers (pas de scènes sanguinaires) mais aussi pour les habitués de ce genre.

 

Publié dans Suspense, Policier, Emotion

Commenter cet article