Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee

Publié le par Véra Brieuc

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee

"Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier."

J'ai eu envie de lire ce roman en voyant toutes les critiques, qui pour la majorité voyait ce livre comme une révélation.

Je ne l'ai pas ressenti de la même manière. Il est agréable à lire et traite d'un sujet qui fait réagir encore aujourd'hui : le racisme. Il s'agit d'une famille dont le père est avocat et prend la défense d'un noir face à un blanc. L'histoire se passer dans les années 30, en Alabama. La famille est jugé par les voisins. Le thème est vraiment bien, surtout que la narratrice est la petite fille, bien dégourdie, de cette avocat qui raconte son quotidien. On s'attache à "Scout" et on a envie de connaître la vie de sa petite famille, ouverte d'esprit et curieuse de tout.

De plus, si tout le monde pouvait penser et transmettre les mêmes valeurs qu'Atticus Finch, le monde serait juste fantastique.

Après, j'ai trouvé certains passages ennuyeux et long. Surtout, à l'arrivée de leur tante, venue pour "soutenir" (ou pas) son père dans l'éducation de ses enfants. J'aurais aussi aimé que le procès prenne plus de place dans ce livre.

Pour conclure, j'ai trouvé ce roman agréable malgré une petite déception, surement dû aux critiques que j'avais lu avant.

Publié dans Emotion

Partager cet article

Repost 0

La nostalgie heureuse d'Amélie Nothomb

Publié le par Véra Brieuc

La nostalgie heureuse d'Amélie Nothomb

"Tout ce que l’on aime devient une fiction"

Difficile de se faire une idée avec un résumé aussi court.

Je vais essayer de developper un petit peu.

L'auteure va se rendre compte que le temps a fait son travail. En effet, difficile de reconnaître un pays quand on l'a quitté pendant un long moment. Elle va pourtant, petit à petit, retrouvé quelques personnes qui l'ont marqué comme sa nourrice ou son premier petit ami.

Le livre se lit bien mais il est nécessaire d'avoir lu d'autres ouvrages de sa bibliographie pour comprendre certaines choses.

Je ne le conseille pas à ceux qui aiment les romans "énergiques". Par contre, si vous cherchez un petit livre calme pour vous détendre, il peut vous plaire.

Honnêtement, c'est le livre d'Amélie Nothomb que je trouve le moins décalé.

Publié dans Détente

Partager cet article

Repost 0

L'empreinte du renard de Moussa Konaté

Publié le par Véra Brieuc

L'empreinte du renard de Moussa Konaté

"Au cœur du pays dogon, une série de morts bizarres alerte les autorités maliennes. L'affaire est délicate : les dogons, très attachés à leurs traditions, vivent en marge de la société et sont redoutés pour la puissance de leur magie. Le vieux commissaire Habib, à la sagesse et au flair légendaires, est envoyé sur place. Mais le village entier se tait obstinément, et un étrange sorcier à tête de chat veille au respect absolu de l'omerta..."

C'est la première fois que je lis un livre de Moussa Konaté. Je l'ai trouvé en errant dans une librairie et, je ne sais pas si c'est la providence mais dans tous les cas, j'en suis ravie.

J'ai un peu l'impression de retrouver l'homologue africain de Sherlock Holmes. L'enquête se déroule dans un village, loin des tumultes de la ville, où le temps s'est arrêté, ancré dans ses traditions ancestrales.

Des jeunes hommes sont retrouvés morts. Étrange, surtout qu'ils meurent tous de cause inconnue en dormant tranquillement dans leur chambre fermée à clé. Leurs pères respectifs sont témoins : personne n'aurait pu rentrer pour les assassiner.

Alors, que s'est-il passé? Sont-ils victimes de sorcellerie ?

Pour répondre à cette question, l'inspecteur Sosso et le commissaire Habib se rendent à Pigui, où ils tentent d'en savoir plus. Les habitants sont méfiants, et les deux représentants de la loi vont devoir s'imprégner de l'état d'esprit et des coutumes du village, pour essayer de se faire accepter.

En tant que lecteur, on découvre, tel un ethnologue, une autre manière de pensée et de vivre dont on pourrait prendre quelques leçons.

Bref, un roman policier et un roman d'évasion en un seul ouvrage, c'est un bon présage (pour rester dans l'état d'esprit du livre ;)).

Publié dans Policier

Partager cet article

Repost 0

22/11/63 de Stephen King

Publié le par Michel Renard

22/11/63 de Stephen King

"Imaginez que vous puissiez remonter le temps, changer le cours de l'Histoire. Le 22 novembre 1963, le président Kennedy était assassiné à Dallas. À moins que...

Jake Epping, professeur d'anglais à Lisbon Falls en 2011, n'a pu refuser la requête d'un ami mourant : empêcher l'assassinat de Kennedy. Une fissure dans le temps va l'entraîner dans un fascinant voyage dans le passé, en 1958, l'époque d'Elvis et de JFK, des Plymouth Fury et des Everly Brothers et ... d'un dégénéré solitaire nommé Lee Harvey Oswald."

Tout d'abord, j'ai eu un mal de chien à rentrer ce livre dans une catégorie. Je l'ai finalement rangé dans le genre Science-fiction... à contre cœur. S'il est question ici de voyage dans le temps, j'aurais très bien pu le mettre dans les catégories Aventure, Thriller, Amour et Émotion mais ce serait réduire le livre à ce qu'il n'est pas. Ou alors dans la catégorie Uchronie mais c'est un peu trop spécifique.

Si pour vous, le nom de Stephen King est rédhibitoire, laissez-vous tentez par celui-ci. Cette fois-ci, vous ne trouvez pas un monstre caché dans un placard ou sous le lit pour vous donner des sueurs froides mais plutôt une grande fresque sur l'histoire américaine.

Le personnage principal, Jake Epping, terriblement attachant, nous emmène dans ses aventures fascinantes pendant presque 1000 pages. Une fois que vous passez la faille spatio-temporelle, c'est parti ! King vous transporte en 1958 dans cette bonne vieille Amérique. Une immersion totale et une atmosphère absolument stupéfiante vous attendent, avec quelques pointes de nostalgies, sans tomber dans le "tout était mieux avant"

Que ces 936 pages ne vous fasse pas peur, j'ai rarement lu un livre d'une si grande intensité, et je vous assure que vous ne verrez pas défiler les pages et que vous ne lâcherez le bouquin que pour satisfaire vos besoins naturels :-D

Cette quête sur le futur assassin de Kennedy est passionnante et nous prouve que King s'est ultra documenté sur le sujet . Mais ce n'est qu'une facette du roman. Pour le reste, je préfère vous laisser le découvrir par vous-même.

Le seul bémol de ce livre c'est qu'il a une fin, ...comme toutes les bonnes choses d'ailleurs. J'aurais préféré de ne l'avoir jamais lu, juste pour le découvrir une seconde fois.

Pour moi, ce qu'a fait Stephen King avec ce roman, est tout simplement un coup de génie.

Pour prolonger le plaisir, il y a une adaptation en série, avec James Franco, dont le premier épisode sera diffusé le 15 février sur Hulu (la bande-annonce). Par contre pas de diffusion prévue pour la France, dommage.

Pour conclure, si vous êtes fan de Stephen King, lisez-le

Si vous n'êtes pas fan de Stephen King, lisez-le

Si vous n'aimez pas la SF,... lisez-le

Si vous aimez la SF, même si ce n'est pas le sujet principal, lisez-le

Partager cet article

Repost 0