Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Je ne suis pas un serial killer de Dan Wells

Publié le par Vera Brieuc

Je ne suis pas un serial killer de Dan Wells

"John Wayne Cleaver est un jeune homme potentiellement dangereux. Très dangereux. Jugez-en plutôt : garçon renfermé, pour ne pas dire sociopathe, il vit au milieu des cadavres à la morgue locale, tenue par sa mère et sa tante, il a une certaine tendance à tuer les animaux et, depuis son plus jeune âge, il nourrit une véritable passion pour les tueurs en série. Ainsi, son destin semble tout tracé. Mais conscient de son cas, et pas spécialement excité à l’idée de devenir un serial killer, John a décidé d’en parler à un psy et de respecter quelques règles très précises. Ne nourrir que des pensées positives à l’égard de ses contemporains. Ne pas s’approcher des animaux. Éviter les scènes de crime. Ce dernier commandement va néanmoins devenir très difficile à suivre lorsqu’on retrouve autour de chez lui plusieurs corps atrocement mutilés. Y aurait-il plus dangereux encore que John dans cette petite ville tranquille ? Aurait-il enfin trouvé un adversaire à sa taille ?"

En lisant le titre, je m'attendais à un livre policier ou quelque chose qui pouvait y ressembler.

Dans la première partie , c'est un peu de la psychologie ou comment un jeune homme, John, arrive malgré son tempérament de sociopathe et sa vie au funérarium, à lutter contre son instinct et sa peur de devenir ce qui le captive pourtant le plus : un

serial-killer.

Il s'en sort plutôt pas mal, jusqu'à l'arrivée d'une série de meurtre. Alors que tous les habitants craignent de sortir de chez eux, John lui est excité et commence à mener l'enquête. La deuxième partie du livre, celle de la chasse à l'homme, peut alors commencer.

Le livre est bien écrit. Le personnage de John est attachant et donne vraiment envie de le découvrir. Même s'il est décrit comme sociopathe, il lui arrive d'avoir des côtés empathiques.

Par contre, la fin m'a surpris. Je n'ai ni aimé, ni détesté. Ce livre est original, cela ne fait aucun doute. Pour conclure, et j'espère que cela va un peu éveiller votre curiosité : c'est une enquête de science-fiction à la x-files. Surprenant, non ?

Publié dans Science-fiction, Policier

Partager cet article

Repost 0

Autobiographie d'une courgette de Gilles Paris

Publié le par Vera Brieuc

Autobiographie d'une courgette de Gilles Paris

""Depuis tout petit, je veux tuer le ciel". Ainsi commence l'histoire racontée par Icare, un petit garçon naïf et inculte, surnommé Courgette, qui, à neuf ans, vit à la campagne avec sa mère. Depuis son accident, la mère de Courgette ne travaille plus à l'usine et boit des bières en regardant la télévision du matin au soir. Elle s'occupe peu de son fils qui n'apprend rien à l'école et joue seul pour la plupart du temps. Les rares dialogues échangés passent par la télévision, source d'inspiration de Courgette qui ne connaît la vie qu'à travers le petit écran. Un jour, Courgette découvre un revolver et tue accidentellement sa mère. Le juge le déclare "incapable mineur" et Courgette est envoyé dans une maison d'accueil. Mais pour Courgette, contrairement aux autres enfants, la maison d'accueil est loin d'être "une prison". L'apprentissage d'une vie passe désormais par les Fontaines et tous les rêves de Courgette deviennent possibles."

Pour être tout à fait honnête, j'ai choisi ce livre à cause ou plutôt grâce au titre. En effet, qui n'aurait pas été curieux de savoir ce qui se cachait derrière ce roman.

Eh bien c'est un livre que j'ai trouvé remplie d'amour sans que ce soit trop larmoyant, rassurez-vous.

Malgré la jeunesse un peu difficile (et c'est peu de le dire) d'Icare dit "Courgette", ce minot est une leçon de vie à lui tout seul. En effet, Gilles Paris n'a pas écrit un livre larmoyant mais plutôt la biographie d'un garçon qui vit s'amuse et interprète les choses à sa manière, celle d'un garçon de 9 ans.

Je me suis vu rire en imaginant la vie de ses enfants dans le foyer. J'aurais bien voulu être un de leurs "zéducateurs".

On découvre ce petit homme, qui sait ce qu'il veut, pleins de ressources qui se recréé une famille et qui fait son petit bonhomme de chemin.

Bref, ce livre est un petit rayon de soleil. Dans mon entourage, je le fait passer et il y une liste d'attente. Donc, si vous avez besoin d'un peu de douceur dans ce monde de brutes, vous savez ce qui vous reste à faire.

Publié dans Détente, Emotion

Partager cet article

Repost 0

Le rire du cyclope de Bernard Werber

Publié le par Vera Brieuc

Le rire du cyclope de Bernard Werber

"Un coffret renferme l’arme absolue
La plus inattendue, la plus imparable.
Le célèbre comique, le Cyclope, est mort d’avoir voulu le posséder.
On ne l’ouvre qu’à ses risques et périls...

Après Le Père de nos pères et L’Ultime Secret, une nouvelle enquête de Lucrèce et Isidore au cœur d’un des grands mystères humains : le rire."

C'est la première fois que je lis une enquête aussi particulière. En effet, j'ai eu l'impression, à certains moments de lire un livre de science-fiction ou encore un policier qui vient d'une autre planète.

Je vais essayer de vous raconter le début, je pense que vous allez mieux comprendre.

Darius, un humoriste en pleine gloire, meurt dans sa loge, après un de ses spectacles. Lucrèce, une journaliste qui essaye de se faire une place dans son journal, propose d'enquêter sur sa mort. Elle découvre qu'avant de mourir, le comique a reçu un coffret contenant la blague qui tue, et qu'il en est mort. La journaliste va alors demander l'aide d'Isidore pour élucider ce mystère autour du rire qui peut être fatal (et ce n'est pas une blague). Les deux protagonistes vont même aller jusqu'à ce faire initiés par le clan très fermé des "franc-maçons"de l'humour dans lequel le rire est quelque chose d'on ne peut plus sérieux et seul les plus drôles peuvent rentrer.

Je vais être honnête, ce n'est pas pour moi, le plus grand roman du siècle. Malgré tout, il est très agréable à lire et "la blague qui tue" ainsi que les nombreux rebondissements m'ont vraiment tenu en haleine. Donc, c'est tout de même un livre avec une enquête où les plus rêveurs des lecteurs pourront passer un agréable moment.

Publié dans Science-fiction, Policier

Partager cet article

Repost 0

Le crime parfait de Peter James

Publié le par Vera Brieuc

Le crime parfait de Peter James

"Victor et Joan Smiley ne peuvent plus se supporter. Après vingt ans de mariage et presque autant de disputes, Victor est devenu chauve, diabétique et enrobé ; Joan est de plus en plus grassouillette, stupide et dépensière. Il a pris une maîtresse ; elle a un amant.

Chacun de leur côté, ils ont décidé d’éliminer l’autre. Victor a opté pour un empoisonnement au cyanure, contenu dans certaines peintures aux vapeurs mortelles. Joan voulait provoquer chez son mari une regrettable overdose de sucre, mais elle est contrainte de changer de plan au dernier moment et fracasse la tête de son mari à coups de marteau.

Après avoir dissimulé le corps dans son garage, elle se rend au commissariat pour signaler la disparition de Victor, mais très vite, ses propos incohérents et son comportement la rendent suspecte aux yeux des enquêteurs, qui ne tardent pas à l’arrêter.

Joan accuse alors son amant d’avoir porté le coup fatal au cours d’une dispute. Relâchée sous caution, elle rentre chez elle. Mais ce qui l’attend est pire encore que la prison : le fantôme de Victor, bien décidé à se venger…"

Attention, il ne faut pas se fier aux apparences : ce livre est addictif.

Il est très court mais ce roman est un policier simple et efficace. On ne parle pas d'enquête, cela passe au second plan.

On vit avec Joan et Victor, ensemble depuis 20 ans, mais les années de mariage leur ont donnés une envie : tuer leur conjoint. En effet, chacun a sa vie en dehors de la maison. Ils reprennent leur souffle chacun de leur côté avec une relation extra-conjugale.

Je décrirai ce roman comme une course : qui va réussir à abattre l'autre en premier ? Quels moyens vont-ils utiliser ?

Bref, vous l'aurez compris je l'espère, Peter James a fait preuve d'un bel humour noir, très bien dosé.

En plus, la fin est exquise alors n'hésitez pas...

Publié dans Policier, Détente

Partager cet article

Repost 0